Effects of highly active antiretroviral treatment on liver and renal functions of HIV-infected patients attending the day care clinic of the Bamenda Regional Hospital, Cameroon

*1Samje, M., 2Youego, E. K. J., 2Kefeyin, T. W., and 3Lukong, H.
1Department of Biomedical Sciences, Faculty of Health Sciences, University of Bamenda, P. O. Box 39, Bambili, Republic of Cameroon
2Department Medical Laboratory Sciences, University of Bamenda, Cameroon
3Department of Medical Laboratory Sciences, Kesmonds International University, Cameroon *Correspondence to: [email protected]; +237677679112

Abstract:

Background: Though the development of antiretroviral therapy has brought some relief to the menace of HIV infections, the side effects and toxicity of these drugs can still present a major challenge to users, thus leading to a switch or discontinuation of treatment. The aim of this study was to determine the effect of antiretroviral treatment on some biochemical markers of liver and renal functions among HIV-infected patients receiving treatment at the Day Care Clinic of the Regional Hospital, Bamenda, Cameroon

Methodology: A case control study design comprising 100 HIV-infected patients on highly active antiretroviral therapy (HAART) and 100 HIV-negative controls was conducted from February to May 2019. The serum activity of aspartate amino transferase (AST) and alanine amino transferase (ALT), and serum creatinine levels for each group were measured using BIOSMART 240 autoanalyzer. The estimated glomerular filtration rate (eGFR) was calculated using the Cockcroft-Gault formula while proteinuria was determined with the CYBOW 11M strips. Data were analyzed using IBM SPSS version 21.0. Differences in the serum activity and levels of the biomarkers between the case and control groups were analyzed using the Chi-square test

Results: The prevalence of transaminitis (AST and ALT >40.0 U/L) among HAART-treated participants was 26.0% for AST and 20% for ALT while that of HIV-negative controls were 15% and 12% respectively but the difference was not statistically significant (p>0.05). Elevated serum creatinine level (>1.4 mg/dL) was seen in 25% of HAART-treated group compared to 7% in HIV-negative control (p=0.0010) while renal impairment (eGFR<60 ml/min/1.73m2) was seen in 24% of HAART-treated and 14% of HIV-negative group (p=0.1048). Elevated activity of transaminases and levels of creatinine, proteinuria and abnormal eGFR in HAART-treated patients were mostly seen in those who were on first line antiretroviral therapy, and those who have been on treatment for over 5 years.

Conclusion: HAART is associated with transaminitis and elevated serum creatinine but no increase in renal impairment compared to the general population. It is important that following initiation of HAART, liver and kidney functions are regularly monitored.

Keywords: HIV; HAART; AST; ALT; eGFR

Received September 16, 2019; Revised April 23, 2020; Accepted April 26, 2020 Copyright 2020 AJCEM Open Access. This article is licensed and distributed under the terms of the Creative Commons Attrition 4.0 International License <a rel=”license” href=”//creativecommons.org/licenses/by/4.0/”, which permits unrestricted use, distribution and reproduction in any medium, provided credit is given to the original author(s) and the source.

Effets du traitement antirétroviral fortement actif sur les fonctions hépatiques et rénales chez des patients infectés par le VIH assistant au centre de traitement de l’hôpital régional de Bamenda, Cameroun

*1Samje, M., 2Youego, E. K. J., 2Kefeyin, T. W., et 3Lukong, H.

1Département des sciences biomédicales, Faculté des sciences de la santé, Université de Bamenda, P. O. Box 39, Bambili, République du Cameroun

2Département des sciences de laboratoire médical, Université de Bamenda, Cameroun 3Département des sciences de laboratoire médical, Université internationale de Kesmonds, Cameroun *Correspondance à: [email protected]; +237677679112

Resumé:

Contexte: Bien que le développement de la thérapie antirétrovirale ait apporté uncertain soulagement à la menace par l’infection au VIH, les effets secondaires et les toxicités de ces médicaments peuvent encore représenter un défi majeur pour les utilisateurs conduisant ainsi à un changement ou à l’arrêt du traitement. Le but de cette étude était de déterminer l’effet du traitement antirétroviral sur certains marqueurs biochimiques de la fonction hépatique et rénale chez les patients infectés par le VIH recevant un traitement au Centre de traitement antirétrovirale de l’hôpital régional de Bamenda, au Cameroun.

Méthodologie: Un modèle d’étude cas-témoins comprenant 100 patients infectés par le VIH sous traitement antirétroviral hautement actif (TAHA) et 100 témoins séronégatifs a été mené de février à mai 2019. L’activité sérique de l’aspartate amino transférase (ASAT) et de l’alanine amino transférase (ALAT) et les niveaux de créatinine sérique pour chaque groupe ont été mesurés en utilisant l’autoanalyseur BIOSMART 240. Le débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe) a été calculé en utilisant la formule Cockcroft-Gault tandis que la protéinurie a été déterminée avec les bandelettes CYBOW 11M. Les données ont été analysées à l’aide d’IBM SPSS version 21.0. Les différences dans l’activité sérique et les niveaux des biomarqueurs entre le groupe de cas et le groupe témoin ont été analysées à l’aide du test du chi carré.

Résultats: La prévalence de la transaminite (ASAT et ALAT> 40,0 U/L) chez les participants traités par TAHA était de 26,0% pour l’ASAT et 20% pour l’ALAT tandis que celle des témoins séronégatifs était respectivement de 15% et 12% mais la différence n’était pas statistiquement significatif (p>0,05). Un taux de créatinine sérique élevé (>1,4 mg/dL) a été observé chez 25% des patients traités par TAHA, contre 7% chez les témoins séronégatifs (p=0,0010), tandis qu’une insuffisance rénale (DFGe <60 ml/min/1,73m2) était vu dans 24% des patients traités par TAHA et 14% des patients séronégatifs pour le VIH (p=0,1048). Une activité élevée des transaminases et des niveaux de créatinine, de protéinurie et de DFGe anormal chez les patients traités par TAHA ont été principalement observés chez ceux qui étaient sous traitement antirétroviral de première ligne et ceux qui suivaient un traitement depuis plus de 5 ans.

Conclusion: la multithérapie est associée à une transaminite et à une élévation de la créatinine sérique mais pas d’augmentation de l’insuffisance rénale par rapport à la population générale. Il est important qu’après l’initiation de la multithérapie, les fonctions hépatiques et rénales soient régulièrement surveillées.

Mots-clés: VIH, TAHA, ASAT, ALAT, eGFR

Download full journal in PDF below

Effects of highly active antiretroviral treatment on liver and renal functions of HIV-infected patients attending the day care clinic of the Bamenda Regional Hospital, Cameroon